John Fante et Richard Brautigan.

Quand j’avais vingt ans je savais ce que je voulais.
Je voulais passer mes journées à lire John Fante et Richard Brautigan.
Et je me moquais bien des motards et des filles enlacées à leur taille,
tout autant que des boîtes de nuits rances et des jeunes filles en sueur.
C’était moi le sacré veinard qui avait trouvé le bon filon.
C’était moi l’heureux homme.
J’étais le serrurier et j’avais le passe qui ouvrait les portes de l’esprit libre et sauvage.
Celui-là même qui refusait la fuite dans la frénésie de la danse ;
alors ni une ni deux, je me suis installé dehors sur la terrasse,
et j’ai lu.
Il pouvait bien faire chaud cet l’été là, moi j’étais le seul,
au milieu de nulle part, et ça baignait.

Publicités

Étiquettes : , , , , ,

2 Réponses to “John Fante et Richard Brautigan.”

  1. Khâryatide Says:

    Brautigan… Le bon filons à l’américaine !

  2. Marc Says:

    Haaaa je la savais ….. je men doutais…..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :